Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Guide en mer Souvenirs de navigations, de voiliers et de bateaux

Il n'y a pas d'âge pour naviguer !

Roland Fardeau
Il n'y a pas d'âge pour naviguer !

Un bon bateau amènera un marin de 70 ans de l’autre côté de l’océan sans qu’il ait à fournir d’efforts physiques dépassant ses possibilités. J’ai remarqué qu’ils sont même nombreux à sillonner les océans et à réussir de belles traversées. Souvent à deux, mari et femme à la retraite, qui ont préparé leur voyage en suivant des cours de sauvetage (ISAF), de météo (JY Bernot), l’utilisation de l’électronique (Maxsea), les manoeuvres de spi (FFV). Beaucoup se sont préparés durant des années. Un bon bateau, c’est d’abord un catamaran ou un monocoque récent de 12 à 16 m, c’est variable selon le budget de chacun. Comme me disait un ami, « Ne pas mettre tout le budget dans le bateau mais garder de l’argent pour un retour non prévu et une maison au cas où !

 

Un voilier de voyage doit être confortable avec hauteur sous barrot. Performant et simple à utiliser avec winchs électriques, panneaux solaires, voiles à enrouleur, spi asymétrique, cambuse pleine et une bonne cave à vin. S’ils naviguent dans des régions difficiles, ils devront se munir d’un grand nombre de cartes marines papier en plus des cartes Navionics. Ils n’auront pas à le regretter. Ces retraités actifs qui prennent leur temps pour naviguer n’attendront pas, par rapport aux jeunes, la dernière minute pour affaler une voile dans un grain. A bord, Ils ont une grande trousse à pharmacie et le livre de médecine en mer pour se débrouiller seuls. La nuit, ils troqueront le spi asymétrique par les trinquettes jumelles ou le génois tangonné. Comme au bon vieux temps. Autonomie, c’est le mot d’ordre pour voyager. Dessalinisateur, Panneaux solaires, Eolienne, Groupe électrogène, grande réserve de fuel avec bidon de secours de 20 litres, cambuse de nourriture à bord avec pates et riz en quantité. Et des cannes à pêches.

 

Ils choisissent de prendre des équipiers pour faire une traversée. Un navigateur disait : « si tu veux un bon équipier, épouse-le ». Mettez toutes les chances de votre côté en vous comportant en skipper responsable, calme, pondéré, réfléchi et ferme. Il y a dans le choix d’un bon équipier pour une longue croisière un problème d’une extrême complexité. Il faut bien réfléchir car vous ne prendrez jamais trop de précautions. Un jour, Gliksman disait, qu’il y a plein d’histoires de gars qui ont abandonné leur équipier, parfois sur une île plus ou moins déserte où ils l’ont envoyé chercher de l’eau. C’était dans le pacifique.

Commentaires